Bienvenue sur le site francophone de dEUS, dEUS-fr.net.

Après plusieurs années d’inactivité, le site prend une nouvelle forme afin de vous informer sur l’actualité du groupe mais aussi des projets parallèles qui gravitent autour du groupe et de son leader, Tom Barman.

dEUS est un groupe de rock indépendant né à Anvers au début des années 1990. Groupe à fortes personnalités talentueuses et remuantes, il connaitra plusieurs mutations. Aujourd’hui seuls Tom Barman et Klaas Janzoons sont les rescapés du groupe originel qui sortira 7 albums entre 1994 et 2012.

Après 10 ans d’inactivité en studio, un huitième album est attendu en 2022…
  • Actus du groupe

    dEUS à Ronquière: retour en force !

    Moustique.be revient sur le dernier festival de Ronquière et sur l’excellente performance de dEUS lors d’un show apparemment d’un très bon niveau:

    “Tom Barman et sa troupe ont annoncé un nouveau single pour la fin du mois de septembre et un nouvel album (enregistré à l’ICP) pour janvier et février. En attendant ces réjouissances, leur prestation dominicale à tribord du Plan Incliné a remis les choses à plat. dEUS n’a rien perdu de sa pertinence. Dans sa belle chemise d’un blanc immaculé, Tom Barman reste ce leader charismatique qui ne lâche rien. dEUS n’a pas fait dans le best of et c’est tout à son honneur. Mais il a enchaîné les brûlots avec une rare intensité et un son énorme. Fell Off the Floor, Man, une version époustouflante d’Instant Street avec un Mauro Pawlowski en toute grande forme, un Sun Ra toujours aussi expérimental, Hotellounge (Be The Death Of Me) que nous n’avions plus entendu depuis longtemps et Sud and Soda en apothéose. dEUS is back et ça fait vraiment plaisir.”

    (https://www.google.com/url?rct=j&sa=t&url=https://www.moustique.be/festivals/ronquieres/2022/08/08/ronquieres-festival-record-daffluence-et-retour-en-grace-de-deus-244615)

    credit photo: Mathieu Golinvaux
  • Actus du groupe,  dossier de presse

    Les Ardentes par moustique.be

    Bon compte rendu du concert des Ardentes par le site moustique.be.

    [quote style=”1″]

    En clôture de cette belle soirée du samedi aux Ardentes s’installait dEUS, valeur sûre du rock made in Belgium, fierté nationale, et ce des deux côtés de la frontière linguistique. Assez rare pour le signaler. Autant dire que la foule était au rendez-vous.

    Sans actu musicale assez récente pour la formation Anversoise, à part l’album “Following Sea” sorti en 2012, le show s’annonçait best of. Et ça n’a pas manqué. Alignés comme un bataillon, soit à quatre de front avec le batteur en fin de peloton, le groupe de Tom Barman lance les hostilités sur The Architect pour enchaîner direct sur Constant Now. “C’est la première fois pour nous aux Ardentes” lâche le chanteur. Le festival risque de s’en souvenir. Du lourd, du très lourd, qui prend la foule aux tripes à la vitesse d’un café instantané. Puis retentit Instant Street. Oubliée la fatigue de la journée, les jambes mollassonnes et le dos qui crie de s’asseoir. Fébrile comme le frontman, l’assemblée est aux abois. Prête à tenir, longtemps, longtemps, face au chef de meute tout de blanc vêtu qui s’époumone devant eux. Le son hurle, un peu trop fort sans doute, mais qu’importe. Les envolées du violon de Klaas Janzoons, mises en valeur par un mixage très réussi, nous ont déjà emportés ailleurs. Sans doute que le lightshow, flashant à faire crisser un épileptique, y est aussi pour quelque chose. Viennent les surprises, la reprise de Oh Well du Fleetwood Mac puis l’intégration du morceau dance Barbara Streisand de Duck Sauce dans Fell off the floor, man. En apothéose, mister Barman propose au public de monter sur scène. Et il ne se fait pas prier. Cohue générale, pas de quota d’entrée pour assister à Suds & Soda de tout prêt , la sécu n’en a que faire. La foule est dense et danse. Un joyeux bordel, manquait que les feux d’artifices. Putain, c’était bien.

    [/quote]

  • dossier de presse

    Sur le net, la presse parle de Keep You Close

    Voici un quelques articles parut sur le net à propos du nouvel album de dEUS:

    Levif.be
    [quote style=”1″]Comme toujours avec dEUS, à l’image des entomologistes de la pochette, c’est en se penchant plus près que la richesse du propos apparaît. Dark Sets In crée une vraie tension, prolongée par le faussement calme Twice. Avec son départ léger comme un morceau de Belle & Sebastian, Ghost finit lui aussi dans le chaos organisé. Après Pocket Revolution et Vantage Point, Keep You Close clôt ainsi ce qui ressemble fort à une trilogie.[/quote]

    Indierockmag.com
    [quote style=”1″]Car c’est bien le groupe lui-même qui reprend les choses en main ici, renouant avec un talent pour les mélodies troublantes dont les dernières incarnations remontaient au trop sous-estimé Pocket Revolution (six ans déjà) et qui cette fois se contente pourtant de peu pour s’exprimer, naissant le plus souvent d’une relative simplicité pour s’étoffer au gré des montées en intensité en de véritables architectures mouvantes comme à la grande époque.[/quote]

    Moustique.be
    [quote style=”1″]On entend beaucoup de violon, du piano, des chœurs et des cuivres sur Constant Now. Barman récite plus qu’il ne chante sur l’excellent The End Of Romance qui n’est pas sans évoquer le Walk On The Wild Side de Lou Reed. Et dEUS rappelle aussi qu’il a toujours la fièvre rock sur Dark Sets In et Twice, deux brûlots chantés avec l’Américain Greg Dulli. Le meilleur dEUS depuis “The Ideal Crash”.[/quote]

    Soul-Kitchen.fr
    [quote style=”1″]En définitive, dEUS offre un album pop dans les règles de l’art. Presque un cas d’école. Si on peut classer sans peine l’album dans le bac de l’Easy Listening, il recèle des ressources qui peuvent passer inaperçues au premier abord : une dualité dans les atmosphères, les structures, des ruptures menées d’une main de maitre dans des constructions tout sauf linéaires, des cordes omniprésentes, des percus qui n’ont rien d’apaisées, des arrangements où rien n’est laissé au hasard… Avec Keep You Close dEUS montre qu’ils n’ont pas usurpé leur titre. Et qu’ils sont encore là.[/quote]

    Mowno.com

    [quote style=”1″]Plus organiques et atmosphériques que jamais, ni meilleurs ni moins bons, seulement très différents, les Anversois ne vont pas se faire que des amis avec ce sixième opus d’une discographie inaugurée il y a bientôt vingt ans. Ainsi, plutôt que d’amasser les pierres à leur jeter avant d’y être entré de plein pied, mieux vaut aborder cette nouvelle salve débarrassé de toute comparaison: là seulement, il sera plus facile d’admettre la qualité évidente de certains morceaux de ce disque marqué par une orchestration plus riche (l’ouverture éponyme pour le meilleur, “Constant Now” pour le pire), comme par une production privilégiant ouvertement le chant, relayant le reste de la matière première en second plan pour mieux la superposer (”The Final Blast”), avec assez de finesse et de délicatesse pour en faire une des principales particularités de ce “Keep You Close”.[/quote]